Navigation – Plan du site
Dossier : Révolutions conservatrices en Europe centrale et orientale. Hongrie et Pologne

Introduction

Frédéric Zalewski
p. 7-27

Texte intégral

  • 1 Fiatal Demokraták Szövetsége, Alliance des jeunes démocrates. Parti créée en 1988 par de jeunes opp (...)
  • 2 Prawo i Sprawiedliwość, Droit et Justice. Parti créée en 2001 par Jarosław Kaczyński.
  • 3 Pour Jacques Rupnik, le tournant hongrois réside ainsi en grande partie dans la rupture d’un consen (...)

1La progressive conquête du pouvoir par les partis de Viktor Orbán et des frères Kaczyński, amorcée au tournant des années 2000 en Hongrie et en Pologne, a abouti au fil de la décennie 2010 à des situations de pouvoir inédites, dont l’intelligibilité se heurte aux limites des catégories qui fondent traditionnellement l’analyse des « régimes politiques ». En première approximation, la Fidesz1 et le PiS2 peuvent apparaître comme basés sur un projet de forte intensité idéologique, axé sur la restructuration complète de l’État mais aussi des institutions économiques, sociales et culturelles, ainsi que de l’espace public. Les mouvements qu’ils ont accomplis en ce sens ont déréglé les relations entre les différents segments des élites politiques et sociales, telles qu’elles se sont institutionnalisées depuis 19893, mais aussi, plus verticalement, entre les représentants démocratiquement élus et leurs mandants, interrogeant ici les formes concrètes de la représentation politique dans le contexte du post-communisme centre-est européen.

2Les commentateurs ont vu en cela des variantes de populisme, de régimes illibéraux ou des occurrences d’exploitation de l’État propres aux pays post-communistes, aux institutions démocratiques réputées faibles. Malgré leurs nombreux biais, et bien qu’elles soient progressivement incorporées aux situations de pouvoir à analyser du fait de l’émergence d’un discours politique visant à affaiblir le crédit de ces gouvernements, ces catégories peuvent offrir des points de vue éclairants sur les pratiques de ces pouvoirs et leurs modes de légitimation. Dans ce texte, destiné à introduire le dossier de la présente livraison de la Revue d’études comparatives Est-Ouest, les situations polonaise et hongroise seront cependant abordées comme des révolutions néo-conservatrices. Bien qu’elles diffèrent radicalement des premiers basculements néo-conservateurs ayant pris place aux États-Unis et en Grande-Bretagne au tournant des années 1980, elles en constituent un prolongement certain.

3Cette catégorisation, pas plus que celles précédemment citées, ne permet l’exhaustivité de l’analyse, mais elle offre trois avantages. En premier lieu, elle se démarque des commentaires courants, souvent fondés sur un usage très flottant des catégories susmentionnées, et ouvre ainsi un nouvel espace d’intelligibilité des formes de pouvoir déployées par le PiS et la Fidesz. En second lieu, elle met en évidence la capacité de ces deux partis à recycler, redéfinir et réorganiser un ensemble de thématiques conservatrices et anti-communistes, pour polariser à droite leurs espaces de compétitions politiques respectifs et structurer ainsi une offre politique susceptible d’agréger des segments hétérogènes de l’électorat, dans une logique que l’on pourrait qualifier d’attrape-tout. Enfin, en troisième lieu, cette notion de révolution néo-conservatrice offre la possibilité de penser cette polarisation à droite sur l’échelle temporelle du post-communisme dans son ensemble. En effet, les victoires électorales de la Fidesz et du PiS prolongent des transformations entamées dès le début des années 1990, prenant la forme de l’émergence de nombreux groupements politiques ou intellectuels produisant, de façon concordante malgré leur diversité, une interprétation nationaliste, anticommuniste et conservatrice des démocratisations de 1989, à rebours donc des valeurs et des normes du libéralisme politique qui fondaient ces dernières.

Les limites de la catégorie de populisme

  • 4 On peut, à titre de mise en perpective, citer ces travaux qui dès 1993, appliquaient termes à terme (...)

4La catégorie de populisme, du fait de son succès foudroyant et des multiples investissements de sens qu’elle permet sans jamais paraître perdre de son pouvoir d’évocation, est rapidement apparue comme la plus commode pour désigner les situations polonaise et hongroise à l’attention des opinions publiques internationales, mais aussi de publics plus spécialisés, comme les chercheurs de sciences sociales. Elle permet certes d’attirer l’attention sur les décalages de plus en plus évidents avec les pratiques et les normes de la démocratie libérale observables dans ces deux pays, mais elle se présente à tort comme une explication globalisante des trajectoires de droitisation polonaise et hongroise, dans ce qui n’est parfois que du commentaire relâché et approximatif4.

  • 5 HELD, 1996. Dans l’introduction générale, Joseph Held estime notamment que
    « […] tous les populisme (...)

5Si la littérature sur le populisme en Europe centrale et orientale est devenue relativement abondante, elle est cependant longtemps restée peu développée et cantonnée à l’analyse des populismes historiques, à la suite de quelques travaux désormais classiques, qui avaient revisité cet objet à partir des années 1960 (Gellner & Ionescu, 1969 ; Canovan, 1981). Pour les auteurs de ces études, les populismes d’Europe centrale et orientale se départageaient entre le populisme russe de la fin du xixe siècle, d’orientation socialiste, et les radicalismes agraires de l’entre-deux-guerres, aux orientations idéologiques parfois plus conservatrices, ayant pris place dans d’autres pays, comme la Pologne ou la Bulgarie. La spécificité du populisme est-européen résidait ainsi dans l’archaïsme de ces sociétés encore largement agraires, post-féodales, marquées par la forte aspiration des paysanneries à s’insérer dans l’État en construction et à s’émanciper économiquement. Le programme historique de ces populismes était ainsi contenu dans les revendications de réforme agraire, avant que la collectivisation de type soviétique ne vienne bouleverser la structure sociale de ces pays. Ces travaux ont ainsi dominé jusqu’aux années 19905, au cours desquelles les analyses des droites radicales ouest-européennes ont progressivement étendu leurs interrogations aux pays post-communistes.

  • 6 Parmi les nombreux travaux se situant dans cette optique, signalons : RAMET, 1999 ; MUDDE, 2005.
  • 7 Sur la distinction entre partis populistes de droite radicale et partis conservateurs, lire MUDDE, (...)

6Cette seconde génération de travaux est souvent le fait de chercheurs déjà spécialistes des populismes ouest-européens, autrement dit des partis de droite radicale, auxquels un relatif consensus académique attribue une identité populiste6. Ces auteurs voient dans l’Europe centrale et orientale un terrain sur lequel faire fructifier leurs analyses et ont été relayés en cela par des chercheurs locaux, auxquels la littérature internationale sur le sujet offrait une prise pour penser la construction des systèmes de partis post-communistes. Ces travaux considèrent en outre les pays d’Europe centrale et orientale avec les oubliés de la transitologie, à travers des questionnements qui ont pour objet d’évaluer la réussite de la démocratisation depuis 1989. La catégorie de populisme apparaît alors comme un lieu commun académique pour élaborer un discours sur les menaces guettant le processus démocratique. Ce corpus, constitué autour des catégories secondaires de l’analyse en termes de populisme (ethnocentrisme, nativisme, vote protestataire, frustration relative, par exemple), s’est approprié à travers les partis de droite extrême (parfois éphémères et peu significatifs) ses objets typiques et apparaît de la sorte faiblement opératoire pour analyser des partis de gouvernement d’orientation plus classiquement conservatrice, fussent-ils en cours de radicalisation, comme le sont le PiS et la Fidesz7.

7En recyclant les schèmes de l’analyse populiste pour appréhender le post-communisme, cette littérature a en outre réglé et ajusté sa vision de la causalité. Ainsi, si une coupure entre les espaces est et ouest-européens était au fondement même de l’enrichissement de l’analyse populiste par son investigation du terrain est-européen, elle ne concernait pas la nature du phénomène, réputé populiste et protestataire dans les deux cas, mais les modalités concrètes de ses ressorts sociaux, considérées comme propres à des sociétés sans ancrage démocratique. Les électorats est-européens ont ainsi été décrits comme inconsistants au sortir du communisme et donc plus volatils, plus vulnérables aux leaderships charismatiques attribués aux partis populistes, plus prompts au vote protestataire à cause de la violence du choc constitué par la sortie de l’économie planifiée (Tavits, 2005). Une autre différence résiderait dans les potentialités du phénomène : même si ces partis ne sont pas en mesure de prendre le pouvoir, ils mettent à l’épreuve avec une ampleur accrue les « jeunes démocraties » d’Europe centrale et orientale, tout en conférant une très forte intensité aux revendications populaires soudainement « décompressées » après les dominations autoritaires des régimes communistes (Mudde, 2013 ; Mudde, 2003, p. 164 et suiv.).

  • 8 Un exemple canonique d’analyse historique de type séquentiel est constitué par l’ouvrage classique (...)

8Par ailleurs, la vulnérabilité des démocraties d’Europe centrale et orientale aux populismes de droite radicale proviendrait des « traditions politiques » de cette partie de l’Europe. Ces dernières sont ainsi réputées moins démocratiques, parfois teintées d’irrédentisme et de frustrations historiques durables. Michael Minkenberg avance par exemple que « le modèle d’État prévalant en Europe centrale et orientale se distingue par une construction étatique tardive ou empêchée ainsi que par la prévalence d’une conception ethnique et culturelle du fait national » (Minkenberg, 2002, p. 357). Ce prisme de la tradition n’échappe donc pas toujours aux risques d’un culturalisme pour le moins déterministe et délié de toute analyse approfondie des systèmes culturels. Il se fonde au contraire sur une logique d’administration de la preuve de type macro-historique à travers la méthode séquentielle, dans laquelle les propriétés d’une conjoncture historique donnée sont le produit de forces sociales ayant agi dans une situation antérieure8. Or, c’est là ni plus ni moins que la thèse du Frigidaire, selon laquelle la parenthèse communiste « aurait congelé les sociétés, les cultures, les traditions mais aussi les atavismes des pays soviétisés » (Mink, 2002, p. 455), en dépit des profondes transformations impulsées par le socialisme d’État (industrialisation, urbanisation, politiques d’éducation, sécularisation, etc.).

  • 9 KNIGHT, 1998. Ce type de populisme est également qualifié de néo-populisme par une étude considérée (...)
  • 10 JASIEWICZ, 2014, p. 16. Voir aussi : MUDDE, 2000, p. 35 et suiv.
  • 11 Art. cit., p. 20. La notion rappelle celle d’extrême centre proposée par Tariq Ali, bien qu’elle re (...)

9Une autre thèse a émergé au cours des années 2000, celle d’un néo-populisme. Plus originale et mieux argumentée, elle redéploie les schèmes explicatifs de la thèse populiste dans l’histoire récente des pays d’Europe centrale et orientale. Elle importe pour partie les débats des spécialistes de l’Amérique latine, dont certains ont avancé que le populisme dans cette région du monde se rapprochait de plus en plus du style politique des partis de droite radicale européens9. Adapté pour définir les situations politiques des années 2000 en Europe de l’Est et du Centre, le label subit un nouveau glissement qui conduit paradoxalement les auteurs à organiser l’analyse autour de traits auparavant attribués aux populismes latino-américains, en renouant avec la thèse de régimes politiques fondant leur légitimité par des consensus conservateurs, redistribuant des avantages sociaux aux groupes populaires. La substance même du populisme se trouve ainsi réévaluée : ce serait, au cours des années 2000, des partis conservateurs traditionnels, plus modérés que la droite radicale, qui porteraient des « politiques qui favorisent le rôle réactif de l’État par la protection des intérêts des marchés locaux (nationaux) et par l’équilibrage de la redistribution du revenu national », indique Krzysztof Jasiewicz10. Les données d’enquête utilisées par cet auteur viennent à l’appui de ce diagnostic, en montrant que les enquêtés se déclarant proches du PiS adoptent des positions modérées sur la plupart des enjeux, à l’exception de l’anticommunisme et de l’identité, à propos desquels leurs préférences se rapprochent de celles des enquêtés au profil plus « populiste »11. Peter Učeň donne de ces partis une définition qui insiste sur leur appartenance ancienne et non contestée à l’espace politique, au contraire des autres partis que les théories du populisme prennent pour objets, qui sont souvent de nouveaux entrants ayant intérêt à subvertir les jeux existants :

« Les prototypes de partis néo-populistes sont des concurrents non radicaux qui mobilisent des électorats déçus contre les sous-performances et les faillites morales des partis établis […]. Fréquemment, ces partis sont adossés à des leaders dominants qui en portent les projets politiques et sollicitent un soutien populaire. Ces partis ne sont en aucun cas anti-démocratiques, anti-capitalistes ou anti-occidentaux. »

Učeň, 2007, p. 54.

10Mais ce label renvoie également à une logique de périodisation : ce populisme serait aussi nouveau en ce qu’il advient dans les années 2000 et qu’il prend le relais de populismes aux propriétés plus proches de celles attribuées aux partis de droite radicale. Robert Linden souligne que :

« […] Les partis et mouvements populistes, de même que les leaders de cette orientation, font désormais partie du paysage en Europe centrale et orientale. Les partis populistes ont été une composante de la coalition au pouvoir en Pologne de 2005 à 2007. Ils ont dirigé le gouvernement en Slovaquie et constituent un défi pour le gouvernement en Hongrie. »

Linden, 2008, p. 4.

11Au principe de ce « populisme du centre », pour reprendre la formule de Peter Učeň (ibid.), se trouverait l’élargissement de 2004 : en ayant sécurisé la position des pays d’Europe centrale et orientale dans l’UE, en ayant levé la pression de la conditionnalité, il autoriserait des leaders politiques faiblement socialisés à l’Europe à revenir à leurs préférences idéologiques et stratégiques anti-européennes et populistes. Kristina Mikulova parle ainsi d’européanisation Potemkine, pour souligner les limites de ces processus de social learning (Mikulova, 2014). Pour stimulante qu’elle soit, cette thèse a néanmoins des limites, puisque l’analyse se focalise à nouveau sur les causes de cette nouvelle poussée de populisme, et renvoie globalement aux mêmes schèmes d’explication que pour le populisme antérieur (rejet des élites, rhétorique anti-establishment, personnalisation forte du leadership politique). Au-delà, le motif de la nouveauté ramène en lui-même à un poncif de la littérature ou de la vulgate sur le populisme, qui ne cesse de présenter les succès politiques ou électoraux des partis dits populistes comme des phénomènes disruptifs, à défaut certes d’être inédits.

  • 12 Jean-Arnault Dérens, « Les (ultra)nationalistes sont-ils vraiment à l’Est ? », Le courrier des Balk (...)

12Le schème populiste constitue ainsi de plus en plus un cadre inadapté, voire un obstacle, pour comprendre les basculements autoritaires hongrois et polonais. Il a contribué à focaliser l’attention sur les partis politiques de droite extrême et/ou réputés anti-système, au détriment de l’étude des transformations des grandes forces de gouvernement, dont les logiques de reclassement idéologique et les stratégies de distinction sont au principe des tournants néo-autoritaires de l’après-2005. Les analyses populistes ont par ailleurs, dans leur extension à l’Europe centrale et orientale, conservé leur fort contenu polémique, réactualisant ainsi des représentations dépréciatives de cet espace, en quelque sorte « orientalisé » et réputé détaché de la rationalité utilitariste au fondement de l’ordre libéral. Comme le note Jean-Arnault Dérens, invoquer le populisme conduit trop souvent à essentialiser un clivage civilisationnel entre l’Est et l’Ouest de l’Europe12.

Des démocraties illibérales ?

  • 13 Lire entre autres DIAMOND, 2002 ; LEVITSKY, 2002.

13Une notion de conception plus récente a été largement appliquée aux situations hongroise et polonaise par de nombreux observateurs, celle de régime illibéral. Cette notion est issue de l’analyse des régimes hybrides, qui s’est développée à la suite des travaux des années 1990 sur les transitions à la démocratie constituant ce que l’on a appelé la « troisième vague » de démocratisation13. Positionnant les perspectives très classiques de classification des régimes politiques par rapport à l’échec de la transitologie à anticiper des situations autoritaires d’un type nouveau, elles établissent les propriétés à leurs yeux pertinentes des situations autoritaires ayant pris place dans certains pays, l’espace post-soviétique et plus particulièrement la Russie étant globalement au centre de l’analyse. Ces régimes illibéraux associeraient des éléments de légitimation démocratique à des pratiques autoritaires, destinées à limiter et à contrôler le pluralisme, tout en se fondant sur une légitimité de type charismatique.

  • 14 Voir le débat ouvert dans Journal of Democracy à ce sujet, dans deux livraisons actant les changeme (...)

14L’un des apports principaux de ces débats est de conduire une réflexion sur la légitimité des régimes démocratiques implantés à la faveur des transformations post-communistes. La valeur politique de la démocratie de type libéral aurait aux yeux de certains auteurs subi une forte déflation à cause de son incapacité à fournir les biens politiques attendus de la démocratisation14. En revanche, les limites de ces approches sont paradoxalement les mêmes que celles des analyses des transitions démocratiques, en privilégiant l’analyse des choix stratégiques des élites politiques, au détriment des pratiques concrètes de légitimation des dispositifs de pouvoir et de construction des soutiens sociaux. Elles produisent, tout à fait délibérément, une analyse exprimant des préférences idéologiques en faveur de la démocratie libérale en positionnant par rapport à celle-ci les différents cas d’étude dont elles s’emparent.

15Une variante originale de cette interprétation conduit à importer la catégorie de démocratie illibérale dans une analyse néo-institutionnaliste du type de capitalisme ayant émergé à la faveur du post-communisme. Elle offre en effet un appui à certains auteurs pour inscrire les évolutions politiques illibérales de l’Europe centrale et orientale dans les déficiences de son capitalisme. Pour Tamás Csillag et Iván Szelényi, les processus de privatisation, à l’origine orientés vers un « capitalisme populaire », par la mise en place de privatisations par coupons, ont peu à peu dérivé vers des formes de népotisme, du fait du rôle progressivement joué par l’État pour favoriser l’émergence de puissants investisseurs locaux. Le processus aurait culminé en Russie sous Eltsine et aurait donné naissance aux oligarques. Les autres pays d’Europe centrale et orientale auraient connu la même trajectoire, à des degrés divers (Csillag & Szelényi, 2015). Pour les auteurs, ce système reposerait sur la distribution de prébendes et, à ce titre, ne comporterait pas d’incitations positives à faire évoluer le système politique vers une régulation par les règles de droit et vers une légitimité de type légal-rationnel (ibid., p. 27).

16Cette thèse, par ailleurs, conduit à mettre l’accent sur la lutte contre la corruption comme variable explicative du succès du PiS et de la Fidesz, en tant que l’affichage de cette priorité a constitué un puissant levier de mobilisation électorale et de légitimation politique. Le PiS comme la Fidesz se sont en effet légitimés dans la compétition politique par leur dénonciation de la supposée mainmise des communistes sur l’État et sur l’économie. Ces tournants néo-conservateurs pourraient ainsi apparaître comme des mouvements correctifs face aux phénomènes dits de state capture, label qui recoupe des phénomènes de népotisme, mais cette thèse est formulée pour l’instant sur un mode spontané et peu articulé. Comme le constate Jérôme Heurtaux, la lutte contre la corruption apparaît surtout comme une norme émergente dans l’espace politique, elle conduit à modifier les critères de légitimité des acteurs politiques en faveur de ceux qui affichent leur intransigeance dans ce domaine, mais il est difficile de relier empiriquement le processus de construction symbolique de cette norme à une réelle augmentation des faits de corruption (Heurtaux, 2009). Et surtout, comme le note András Bozóki dans ce numéro, la conquête du pouvoir par Orbán s’est accompagnée d’une redistribution de nombreux biens publics à des proches du pouvoir. Le destin assez mouvementé des dispositifs et des promoteurs de la lutte anti-corruption lors des années 2005-2007 en Pologne montre également que ce serait faire preuve de candeur de n’y voir que de simples « réponses » à la corruption, fût-elle avérée et plus élevée qu’en Europe de l’Ouest.

Les contours du néo-conservatisme centre-est européen

17S’il est difficile de circonscrire ces tournants néo-autoritaires dans les catégories traditionnelles de la science politique, ce dossier met ainsi volontairement l’accent sur l’une de leurs dimensions, trop peu soulignée et explorée, en l’occurrence leur inscription dans l’hégémonie néo-conservatrice qui s’instaure dans le monde libéral occidental depuis les années 1970. L’effondrement des régimes du socialisme d’État en 1989 a en effet ouvert dans les pays d’Europe centrale et orientale une conjoncture de bouleversements idéologiques et politiques considérables, qui a constitué une formidable occasion pour ce courant de pensée de s’y acclimater, voire de s’y réinventer dans une variante nouvelle et spécifique, alors que les traditions libérales y sont dans l’ensemble faibles.

  • 15 Lire TRAVERSO, 2011, notamment chap. 3, « Fascismes », p. 91-125.
  • 16 Le tournant pro-russe de la Hongrie au début des années 2010 ne semble pas contredire cette thèse, (...)
  • 17 L’ONR (Obóz Narodowo-Radykalny, Camp Patriotique-Radical) est un groupement d’extrême droite post-f (...)
  • 18 De ce point de vue, il existe assez manifestement une zone grise où l’interpénétration entre ces es (...)

18Ces polarisations à droite des espaces politiques, dont les victoires électorales du PiS et de la Fidesz ne sont que l’aspect le plus saillant, se distinguent autant de l’autoritarisme classique que du conservatisme traditionnel, fondé sur la défiance face aux aspirations sociales des groupes populaires, de même que leur matrice d’action politique ne se trouve pas dans les fascismes d’avant-guerre. Contrairement au fascisme, ces politiques néo-conservatrices ne sont pas d’essence révolutionnaire, mais plutôt contre-révolutionnaire : elles restent orientées par la défense des valeurs traditionnelles et des convenances bourgeoises et sont profondément anti-collectivistes d’un point de vue économique15. Par ailleurs, les mouvements et partis néo-conservateurs ne font pas du renversement du régime démocratique un objectif politique à part entière, là où le fascisme associait la démocratie à un ordre bourgeois corrompu et révolu. Bien plutôt, ils se sont alimentés d’une redéfinition conservatrice du régime démocratique, mis au service d’objectifs d’hégémonie politique sur le plan culturel (hostilité au marxisme, puis au multiculturalisme) et géopolitique (politiques d’exportation de la démocratie et des droits de l’Homme dans le cas des néo-conservatismes américains, que l’on retrouve dans le soutien de la droite polonaise aux « révolutions de couleur », notamment dans le soutien de Lech Kaczyński aux demandes de l’Ukraine et de la Géorgie d’accéder à l’OTAN, par exemple16). Cependant, réfuter toute inscription incontrôlée de ces droites ultra-conservatrices dans la constellation des fascismes ne signifie pas que tout examen approfondi de la question est sans objet, mais elle nous semble se poser sous l’angle de la capacité de ces partis à contrôler les radicalisations vers le fascisme de certains segments militants ou de certains partis. Que les pratiques de violence (violences de rue, appels à la violence, intimidations diverses, etc.) de groupements comme le Jobbik en Hongrie ou l’ONR17 en Pologne soient fascisantes ne fait guère de doute, mais l’attention doit alors se porter sur la robustesse des loyautés à la démocratie au sein des droites nationales et néo-autoritaires (Linz, 1978) et de leurs soutiens sociaux, notamment dans les médias18.

  • 19 Ces affinités ne sont du reste pas une nouveauté, même si l’idée peut heurter l’observateur des pra (...)
  • 20 Il est malaisé de rendre compte de travaux étudiant cette tendance de façon exhaustive, mais on peu (...)

19La filiation démocratique du néo-conservatisme reste donc à relever à plus d’un titre19. Tout d’abord parce qu’elle n’est pas exclusive de pratiques autoritaires, notamment parce que la définition de la démocratie qui sous-tend le projet néo-conservateur dérive en partie des glissements qui se sont opérés dans la science politique américaine (notamment de la part d’auteurs qui, comme Lipset, allaient eux-mêmes évoluer vers des positions néo-conservatrices) pour valoriser la place que doivent y prendre les élites (Dahl, 1971 ; Lipset, 1960), ce qui en fait un type de domination politique qui s’est avéré particulièrement propice aux entreprises d’hégémonie20. Ensuite, parce que l’un des ressorts de légitimation politique du néo-conservatisme a résidé dans la dénonciation du totalitarisme et la hantise du communisme. Or, c’est cette même dénonciation qui a autorisé les circulations d’idées entre les espaces occidentaux du néo-conservatisme et les pays d’Europe centrale et orientale et qui ancre les néo-conservatismes est-européens dans des rhétoriques de promotion de la démocratie. Cette dernière est alors supposée ne pouvoir se déployer que sur la base d’une rupture radicale avec le régime communiste, à propos duquel la narration totalitariste s’est imposée, et ce depuis les années 1980 lorsque les oppositions démocratiques théorisaient le combat des « sociétés civiles » contre la domination des partis communistes au pouvoir. Les pays post-communistes se sont en outre révélés spécialement réceptifs à la vulgate néo-conservatrice faisant de la régulation du marché par l’État une manifestation de collectivisme au même titre que le socialisme d’État. Enfin, et même si c’est une banalité que de le dire, il faut rappeler que la chute du communisme a installé la démocratie comme forme de gouvernement légitime et universelle, spécialement en Europe centrale post-communiste.

20La question du multiculturalisme et de l’identité nationale revêt un sens particulière en Europe centrale et orientale, où post-communisme signifie aussi refondation des appartenances collectives et des affiliations communautaires. Comme l’observe Ernesto Laclau :

« […] dès lors que les anciennes identités et solidarités de classe ont été érodées, il se fait jour une forte tendance à reconstruire la subjectivité des acteurs historiques en termes d’identités culturelles. C’est ce à quoi on assiste partout : dans les diverses formes du multiculturalisme politique américain ; dans les communautés de travailleurs immigrés en Europe occidentale (avec sa contrepartie : le développement d’une xénophobie anti-immigrés d’extrême-droite) ; dans la prolifération des conflits ethniques en Europe orientale ; dans l’expansion de l’intégrisme musulman. »

  • 21 Sur ces enjeux, lire également FRASER, 2005.

Laclau, 2015, p. 7.21

21Les néo-conservatismes hongrois et polonais se montrent ainsi plus spécialement perméables à des formes de xénophobie dirigées contre des groupes suspectés de ne pas adhérer aux valeurs de la « civilisation européenne » ou du « christianisme », comme l’ont montré les régimes de justification mobilisés pour s’opposer à toute ouverture en faveur des réfugiés syriens lors de la « crise des migrants » de 2015-2016. Ces justifications prolongent celles utilisées par les extrêmes droites ouest-européennes, qui elles-mêmes s’alimentent d’une configuration idéologique renouvelée, dans laquelle l’extrême droite a refondu son ancien racisme biologique dans des xénophobies différentialistes et hostiles au multiculturalisme, depuis le travail idéologique mené dans les années 1970 en France par la Nouvelle Droite (Taguieff, 1994).

  • 22 À la suite de l’ouvrage devenu classique de Ronald Inglehart : The Silent Revolution. Changing Valu (...)

22De la même façon, les cibles des leaders politiques néo-conservateurs hongrois et polonais sont aussi les modes de vie urbains et émancipés, en tant qu’ils sont indifférents aux signifiants culturels nationalistes, attaqués à travers des injures sociales telles que yuppies, hipsters, etc. Cette ligne de fracture culturelle a été observée à propos de l’Europe de l’Ouest et des États-Unis, où elle a donné lieu à des analyses clivagistes qui insistent sur la résistance des droites radicales aux valeurs dites post-matérialistes22. Pour s’en tenir à la Pologne, on peut citer la collusion entre le PiS et les milieux anti-avortement ou encore les déclarations récentes de Witold Waszczykowski, qui dans un entretien au magazine allemand Bild avait déclaré que « le précédent gouvernement [des libéraux du PO avait] réalisé un programme de gauche bien précis. Comme si le monde d’après un modèle marxiste ne pouvait évoluer automatiquement que dans un seul sens, celui d’un mélange des cultures et des races, d’un monde de cyclistes et de végétariens qui n’utilisent que des énergies renouvelables et luttent contre toute manifestation de religion. Ce n’est pas le sens des valeurs polonaises traditionnelles » (Newsweek Polska, 2016). Auparavant, Lech Kaczynski, alors maire de Varsovie, s’était également impliqué dans l’interdiction de la marche de l’égalité organisée par le mouvement LGBT polonais.

  • 23 Pour reprendre le mot de Luc Boltanski et Arnaud Esquerre, Vers l’extrême. Extension des domaines d (...)

23Ces basculements néo-conservateurs matérialisent ainsi une extension des domaines de la droite23, dans laquelle de nouveaux motifs idéologiques et politiques ménagent des rapprochements inédits et à contours variables entre droites conservatrices classiques, droites radicales et mouvements néo-fascistes, qui peuvent le cas échéant inclure à leur hégémonie des libéraux ou des sociaux-démocrates, notamment dans un contexte où l’État-nation peut apparaître comme une ressource de légitimation à certains d’entre eux. Comme le notait déjà Stuart Hall à propos du thatchérisme, la droite radicale « […] n’hésite pas à reprendre des éléments déjà en place, à les démanteler, à les reconstituer selon une logique nouvelle, puis à articuler l’espace politique de façon inédite, en le polarisant à droite » (Hall, 2008, p. 39).

Les conversions au néo-conservatisme de la Fidesz et du PiS

24L’affiliation au néo-conservatisme de la Fidesz et du PiS reste à expliciter, notamment si l’on considère uniquement les contenus idéologiques mobilisés par ces partis, par rapport au néo-conservatisme mainstream, lui-même difficilement identifiable à un ensemble d’idées bien délimité historiquement et idéologiquement. Pour Tamás Csillag et Iván Szelényi, le régime de Viktor Orbán présente des similitudes fortes avec le Tea Party américain, du fait de la proximité entre le ré-agencement original des idées conservatrices classiques propre au Tea Party (qui insiste sur le conservatisme social plus que politique, tend à se légitimer auprès des citoyens « ordinaires », notamment, entre autres par des mobilisations politiques dont les dispositifs concrets contournent les arènes élitaires) et les idéologies légitimatrices des néo-conservatismes centre-est européens. Pour Gergely Egedy (2009), en revanche, le néo-conservatisme de la Fidesz se distingue de ses variantes anglo-saxonnes antérieures par son insistance sur la politique, plutôt que sur l’économie, et par le rôle qu’il attribue à l’État pour construire le marché et prendre rang dans une économie mondialisée. On s’attachera ici à tracer les contours de trajectoires de conversion au néo-conservatisme, dans le sens où le fond idéologique des droites polonaises et hongroises s’est enrichi et transformé au point de produire cette synthèse originale, dans laquelle la référence aux néo-conservatismes occidentaux a aussi un rôle d’adjuvant pour construire une offre politique renouvelée et à même d’être une contre-offre à celle des élites qui ont puissamment défendu la démocratie libérale après 1989.

25En Pologne, une droite radicale et anti-communiste très active dans les années 1990 s’est par étapes regroupée au sein du parti Droit et Justice, le PiS, fondé par les frères Kaczyński en 2001. Le PiS parvient, d’une certaine façon, à regrouper l’ensemble de la droite radicale polonaise, très dispersée durant les années 1990, et faiblement unifiée lors de l’expérience gouvernementale de 1997-2001, lorsqu’une coalition de partis aux orientations assez éclatées, l’AWS (Akcja Wyborcza Solidarność, Action électorale Solidarność), avait été organisée sous le parapluie du syndicat Solidarność. Peu avant les élections de 2001, Lech Kaczyński doit démissionner de son poste de ministre de la Justice et réinvestit alors dans ce nouveau parti le capital politique qu’il a tiré de son engagement en faveur de la lutte contre la criminalité. Aux élections de septembre 2001, le PiS se hisse à la quatrième place, avec près de 10 % des voix, à deux points d’écart seulement des libéraux de la Plateforme civique, PO (Platforma Obywatelska), qui va progressivement regrouper la droite modérée et libérale polonaise dans les années qui suivront. Parvenu une première fois au pouvoir entre 2005 et 2007, le PiS construit une offre politique associant lutte contre la corruption et décommunisation et prône un changement de régime, en promouvant l’idée d’une IVe République (succédant à la IIIe en place depuis 1989). Malgré (ou grâce à ?) son échec au cours de cette expérience gouvernementale, le PiS a bénéficié dans les urnes, en 2015, du durcissement du clivage avec les libéraux après la catastrophe de Smolensk en 2010 : les conflits symboliques consécutifs à cette catastrophe ont en effet conduit la droite polonaise à opposer les vrais Polonais aux « traîtres » libéraux et à opérer une fusion symbolique entre les défenseurs du Président décédé (et les tenants de la thèse de l’attentat) et le peuple, permettant ainsi de déployer une rhétorique socialisante à même de s’adresser aux groupes sociaux qui se perçoivent comme déclassés ou perdants des politiques menées par les équipes libérales entre 2007 et 2015.

26En Hongrie, c’est un parti à l’origine libéral et imposant dans ses statuts une limite d’âge de trente-cinq ans, le Fidesz, qui se radicalise sous l’effet de la stratégie de conquête du pouvoir de son leader, Viktor Orbán. Ce tournant s’opère dès les années 1990, en partie en réaction au retour au pouvoir des anciens communistes en 1994. Lors de ces élections, la Fidesz n’avait en effet obtenu que 7 % des voix environ, ce qui avait entraîné son adaptation aux nouvelles contraintes d’une offre politique jugée trop éclatée à droite. L’entrée des libéraux du SzDSz (Szabad Demokraták Szövetsége, Alliance des démocrates libres) dans un gouvernement de coalition avec le MSzP (Magyar Szocialista Párt, Parti socialiste hongrois) avait par ailleurs fondé l’idée que le passage au marché devait être une opération soustraite à l’influence des anciens communistes et contribué à la droitisation de la Fidesz (Egedy, art. cit., p. 47). Parvenu au pouvoir une première fois entre 1998 et 2002, Viktor Orbán proclame vouloir faire « davantage qu’un changement de gouvernement, mais moins qu’un changement de système » (Bozoki, 2008). Son retour au pouvoir en 2010 est marqué par des revendications assumées sur la scène internationale de s’affranchir des normes démocratiques ; son discours de Băile Tușnad, en 2014, devient célèbre parce qu’il se réfère explicitement à l’idée de démocratie illibérale, constituant ainsi la Hongrie qu’il dirige en modèle pour les néo-conservateurs européens, et en particulier pour les Polonais. Les orientations anti-démocratiques de ces deux régimes s’expriment par des atteintes à l’État de droit, donnant lieu dans les deux cas à un examen de la situation par la Commission de Venise, mais aussi par des atteintes plus diffuses contre le pluralisme de type libéral, associé au pouvoir de la gauche ou des « communistes » : atteintes à la liberté de la presse, tentatives de contrôle des réseaux sociaux, renforcement des prérogatives policières au détriment de celles des magistrats, notamment.

27En Pologne comme en Hongrie, ces tournants néo-conservateurs se légitiment idéologiquement par la valorisation d’objectifs en apparence situés dans la continuité de la « transition démocratique » : le passage à l’économie de marché ou la possibilité pour les contre-élites des ex-oppositions démocratiques de se saisir des rênes du pouvoir, en opérant cependant des déplacements qui font rentrer ces objectifs en affinité avec les catégories idéologiques néo-conservatrices plus classiques. Ces droites s’alimentent en effet de la conviction que le passage à la démocratie et au marché n’est pas possible sans un renversement de l’ordre post-communiste, entendu comme prolongement du communisme (et non au sens chronologique plus conventionnel de cette notion), par la réactivation des matrices de mobilisations de la « société civile » ayant opéré sous le communisme. En Hongrie, Viktor Orbán accède au pouvoir en 1998 en mettant en avant un ensemble d’idées assez éclatées entre conservatisme classique, libéralisme et néo-nationalisme et fait tenir ensemble ces références sous le label de polgári, qui signifie à la fois civique et bourgeois. Comme le note András Bozóki (2008), il souhaite à l’époque faire de la Hongrie une « société civile », mais ce label implique dans le même mouvement une forme de restauration bourgeoise contre les élites de gauche. En Pologne, la compétition politique est symboliquement décrite par le PiS comme le prolongement de la lutte pour la victoire des idéaux de Solidarność. De même, les gouvernements du PiS d’après 2015 se distinguent à la fois par leur activisme commémoratif et par la réouverture du dossier de lustration de Lech Wałęsa, que sa collaboration avec les services de renseignement intérieur du régime communiste permet de priver de son rôle de leader historique de la lutte contre le communisme, au profit de Lech Kaczyński, qui selon le PiS entame activement cette lutte après 2005, en rupture avec le post-communisme de compromission d’après 1989.

  • 24 Lire à ce sujet HEURTAUX & PELLEN, 2009.

28Sans nécessairement adhérer à l’ensemble de ces prémisses, les articles de ce dossier reprennent les questions soulevées dans cette introduction. Dans un texte qui prolonge les arguments d’un ouvrage remarqué en Pologne (Leder, 2013), Andrzej Leder pointe les décalages existant entre l’ampleur des transformations sociales survenues après 1945 et leur faible articulation dans les représentations que les Polonais ont de leur propre culture et de leur propre société. Pour cet auteur, le déficit de politique symbolique en Pologne n’est pas tant, comme on le pense souvent, dans la difficulté à représenter avec ampleur l’événement 1989 au fil du temps24, mais dans le refoulement de la modernisation communiste. Le texte de Frédéric Zalewski sur les transformations de la droite polonaise dont le PiS est l’un des produits ne contredit pas cette thèse, mais vient en contrepoint, en soulignant l’importance du travail politique accompli par les élites pour contrer l’hégémonie libérale qui s’était instaurée en 1989. Dans un article qui prolonge une réflexion déjà consolidée sur la Hongrie de Viktor Orbán abordée comme « seconde révolution » (Bozóki, 2008), András Bozóki insiste sur la politique culturelle de la Fidesz pour cimenter un ensemble de représentations nationalistes à même de consolider son pouvoir, mais aussi de concurrencer le parti d’extrême droite Jobbik. Enfin, à partir d’une enquête quantitative sur les protestations d’extrême droite en Pologne, Daniel Płatek et Piotr Płucienniczak interrogent la forme politique privilégiée par l’extrême droite selon qu’elle dispose d’une représentation parlementaire ou non. S’ils proviennent d’horizons disciplinaires différents, les auteurs de ce dossier se rassemblent ainsi autour d’une interrogation commune sur les ressorts de la progression de droites radicalisées, à des degrés divers, en Pologne et en Hongrie, et sur la robustesse du régime démocratique hérité de la « chute du communisme ».

Haut de page

Bibliographie

ALI Tariq (2015), The Extreme Centre. A Warning, Londres : Verso.

BOLTANSKI Luc & ESQUERRE Arnaud (2014), Vers l’extrême. Extension des domaines 
de la droite, Paris : Editions Dehors.

BOULANGER Philippe (2012), « La seconde révolution, hongroise », Commentaire, n° 138, été, p. 401-407.

BOZÓKI András (2008), « Consolidation or Second Revolution ? The Emergence of the New Right in Hungary », Journal of Communist Studies and Transition Politics, vol. 24, n° 2, p. 191-231.

CANOVAN Margaret (1981), Populism, New York : Harcourt Brace Javonovitch.

CSILLAG Tamás & SZELÉNYI Iván (2015), « Drifting from Liberal Democracy: Traditionalist/Neo-conservative Ideology of Managed Illeberal Democratic Capitalism in Post-communist Europe », Intersections, East European Journal of Society and Politics, vol. 1, n° 1, p. 18-48.

DAHL Robert (1971), Polyarchy, New Haven, CT : Yale University Press.

DEAK Andras (2011), « Hongrie : des stratégies dans le tuyau », Outre-Terre, n° 27, p. 165-176.

DIAMOND Larry (2002), « Thinking about Hybrid Regimes », Journal of Democracy, vol. 13, n° 2, p. 138-149.

EGEDY Gergely (2009), « Political conservatism in Post-Communist Hungary », Problems 
of Post-Communism, vol. 56, n° 3, p. 42-53.

FRASER Nancy (2005), Qu’est-ce que la justice sociale ? Reconnaissance et redistribution, Paris, La Découverte.

GELLNER Ernest & IONESCU Ghita, eds. (1969), Populism. Its Meanings and National Characteristics, Londres : Weidenfield & Nicholson.

HALL Stuart (2008), Le populisme autoritaire. Puissance de la droite et impuissance de la gauche au temps du thatchérisme et du blairisme, Paris : Editions Amsterdam.

HELD Joseph, ed. (1996), Populism in Eastern Europe. Racism, Nationalism, and Society, 
New York : Boulder.

HEURTAUX Jérôme (2009), « Les effets politiques de la lutte anti-corruption en Pologne », 
Droit et Société, n° 272, p. 323-338.

HEURTAUX Jérôme & PELLEN Cédric (2009), 1989 à l’Est de l’Europe. Une mémoire controversée, La Tour d’Aigues : éd. de l’Aube.

INGLEHART Ronald (1977), The Silent Revolution. Changing Values and Political Styles Among Western Publics, Princeton : Princeton University Press.

JASIEWICZ Krzysztof (2014), « The New Populism in Poland », Problems of Post-Communism, vol. 55, n° 3, p. 7-25.

KNIGHT Alan (1998), « Populism and Neo-populism in Latin America, especially Mexico », Journal of Latin American Studies, vol. 30, n° 2, p. 223-248.

LACLAU Ernesto (2015), La guerre des identités, Paris, La Découverte.

LEDER Andrzej (2013), Prześniona rewolucja. Ćwiczenie z logiki historycznej, Varsovie : Krytyka Polityczna.

LEVITSKY Steven & WAY Lucan A. (2002), « The Rise of Competitive Authoritarianism », Journal of Democracy, vol. 13, n° 2, p. 51-65.

LINDEN Ronald H. (2008), « The New Populism in Central and Southern Europe », Problems 
of Post-Communism, vol. 55, n° 3, p. 3-6.

LINZ Juan, The Breakdown of Democratic Regimes, vol. 1 : Crisis, Breakdown and Reequilibration, Baltimore, London : The Johns Hopkins University Press, 1978.

LIPSET Seymour-Martin (1960), Political Man : The Social Bases of Politics, New York : Doubleday.

MIKULOVA Kristina (2014), « “Potemkine Europeanisation” ? Dynamics of Party Competition in Poland and Hungary in 1998-2004 », East European Politics and Societies, vol. 28, n° 1.

MINK Georges (2002), « La société post-communiste : théories et données sociologiques », 
in D. Colas, L’Europe post-communiste, Paris : PUF.

MINK Georges (2016), « L’Europe centrale à l’épreuve de l’autoritarisme », Politique étrangère, n° 2, p. 89-101.

MINKENBERG Michael (2002), « The Radical Right in Postsocialist Central and Eastern Europe: Comparative Observations and Interpretations », East European Politics and Societies, vol. 16, n° 2, p. 335-362.

MOORE Barrington Jr (1969 [1966]), Les origines sociales de la dictature et de la démocratie, 
Paris : Maspéro.

MUDDE Cas (2000), « In the Name of the Peasantry, the Proletariat, and the People : Populisms in Eastern Europe », East European Politics and Societies, vol. 15, n° 1, p. 33-53.

MUDDE Cas (2003), « Civil Society in Post-Communist Europe. Lessons from the “dark side” », in C. Mudde & P. Kopecky, Uncivil Society ? Contentious politics in post-communist Europe, Londres : Routledge.

MUDDE Cas, ed. (2005), Racist Extremism in Central and Eastern Europe, Londres ; New York : Routledge.

MUDDE Cas (2007), Populist Radical Right Parties in Europe, Cambridge : Cambridge University Press.

MUDDE Cas (2013), « Three Decades of Populist Right Parties in Western Europe: So What? », European Journal of Political Research, vol. 52, n° 1, p. 1-19.

Newsweek Polska (2016), « Wyszczykowski w niemieckiej gazecie: nie chcemy świata złożonego z rowerzystów i wegetarian », 3 janvier ; http://www.newsweek.pl/polska/witold-waszczykowski-wywiad-dla-bild-rowerzysci-i-wegetarianie,artykuly,376666,1.html (consulté 
le 4 octobre 2016).

RAMET Sabrina, ed. (1999), The Radical Right in Central and Eastern Europe since 1989, University Park : The Pennsylvania State University Press.

RUPNIK Jacques (2013), « Régression postdémocratique en Hongrie », Esprit, n° 5.

STERNHELL Zeev (2006), Les anti-Lumières du xviiie siècle à la guerre froide, Paris : Fayard.

SZAYNA Thomas S. (1993), « Ultra-Nationalism in Central Europe », Orbis, vol. 37, n° 4, 
p. 527-550.

TAGGART Paul (2000), Populism, Buckingham ; Philadephie : Open University Press.

TAGUIEFF Pierre-André (1994), Sur la Nouvelle droite : jalons d’une analyse critique, 
Paris : Descartes et Cie.

TAVITS Margit (2005), « The Development of Stable Party Support: Electoral Dynamics 
in Post-Communist Europe », American Journal of Political Science, vol. 49, n° 2, p. 283-298.

TRAVERSO Enzo (2011), L’Histoire comme champ de bataille. Interpréter les violences du xxe siècle, Paris : La Découverte.

UČEŇ Peter (2007), « Parties, Populism, and Anti-Establishment Politics in East Central Europe », SAIS Review of International Affairs, vol. 27, n° 1, p. 49-62.

Haut de page

Notes

1 Fiatal Demokraták Szövetsége, Alliance des jeunes démocrates. Parti créée en 1988 par de jeunes opposants intellectuels, devenu officiellement Fidesz–Magyar Polgári Párt, Fidesz-Parti civique hongrois en 1995, puis Fidesz–Magyar Polgári Szövetség, Fidesz-Union civique hongroise en 2003.

2 Prawo i Sprawiedliwość, Droit et Justice. Parti créée en 2001 par Jarosław Kaczyński.

3 Pour Jacques Rupnik, le tournant hongrois réside ainsi en grande partie dans la rupture d’un consensus élitaire sur l’acceptation de la démocratie comme contrainte institutionnelle, au-delà des divergences idéologiques. Lire : RUPNIK, 2013, p. 111 ; voir aussi : BOULANGER, 2012 ; MINK, 2016.

4 On peut, à titre de mise en perpective, citer ces travaux qui dès 1993, appliquaient termes à termes cette approche à un contexte très différent, en voyant dans le parti souverainiste polonais KPN (Konfederacja Polski Niepodległej ; Confédération pour une Pologne indépendante)
le principal vecteur de « populisme » en Pologne, prospérant grâce au chômage et aspirant
à « déstabiliser le pays » (sic) : cette analyse faisait de façon surestimée de la KPN une organisation paramilitaire (post-fasciste) et ne faisait pas entrer en ligne de compte les profits symboliques de l’appartenance de ce parti à l’opposition démocratique avant 1989 pour expliquer son succès électoral, ramené aux poncifs de la « montée du populisme ». Précisons que la KPN
a progressivement disparu après les élections de 1993 (SZAYNA, 1993).

5 HELD, 1996. Dans l’introduction générale, Joseph Held estime notamment que
« […] tous les populismes est-européens ont consisté en une réaction à l’expansion du capitalisme de type ouest-européen dans leurs sociétés. En général, ils considéraient le capitalisme comme une menace pour les valeurs traditionnelles dans la culture et la société, pour la “culture
du peuple”, en l’occurrence des paysans ». Ibid., p. 1.

6 Parmi les nombreux travaux se situant dans cette optique, signalons : RAMET, 1999 ; MUDDE, 2005.

7 Sur la distinction entre partis populistes de droite radicale et partis conservateurs, lire MUDDE, 2007, p. 26 et suiv. Cette distinction souligne cependant en elle-même les apories de toute analyse strictement typologique, les tournants néo-conservateurs est-européens se construisant au croisement de différentes orientations idéologiques.

8 Un exemple canonique d’analyse historique de type séquentiel est constitué par l’ouvrage classique de Barrington MOORE Jr., Les origines sociales de la dictature et de la démocratie, 1969 (1966).

9 KNIGHT, 1998. Ce type de populisme est également qualifié de néo-populisme par une étude considérée comme classique, celle de Paul TAGGART : Populism, p. 73 et suiv.

10 JASIEWICZ, 2014, p. 16. Voir aussi : MUDDE, 2000, p. 35 et suiv.

11 Art. cit., p. 20. La notion rappelle celle d’extrême centre proposée par Tariq Ali, bien qu’elle recouvre une réalité totalement différente.

12 Jean-Arnault Dérens, « Les (ultra)nationalistes sont-ils vraiment à l’Est ? », Le courrier des Balkans, 5 juin 2016, consulté en ligne (http://www.courrierdesbalkans.fr/bazar/blogs/libres-balkans-le-blog-de-jean-arnault-derens/europe-les-nationalistes-sont-a-l-est-quatremer-est-a-l-ouest.html). Le papier est une réponse à une tribune du journaliste Jean Quatremer publiée dans Libération : Jean Quatremer, « Populisme en Europe de l’Est : c’est davantage qu’une crise d’adolescence », 3 juin 2016.

13 Lire entre autres DIAMOND, 2002 ; LEVITSKY, 2002.

14 Voir le débat ouvert dans Journal of Democracy à ce sujet, dans deux livraisons actant les changements en cours : dossier « Is Central Europe Backsliding ? », Journal of Democracy, vol. 18, n° 4, 2007 ; dossier « What’s Wrong with Central Europe? », Journal of Democracy , vol. 27, n° 1, 2016.

15 Lire TRAVERSO, 2011, notamment chap. 3, « Fascismes », p. 91-125.

16 Le tournant pro-russe de la Hongrie au début des années 2010 ne semble pas contredire cette thèse, au moins dans ses grandes lignes : il résulte en partie de la dépendance énergétique du pays envers le gaz russe. Au cours des années 2000, le Fidesz avait construit ses positions d’opposition au pouvoir social-démocrate sur une critique de la Russie. Lire DEAK, 2011.

17 L’ONR (Obóz Narodowo-Radykalny, Camp Patriotique-Radical) est un groupement d’extrême droite post-fasciste, très actif dans les manifestations de rue, malgré une importance électorale inexistante. L’ONR avait en 2011 contribué à la formation d’une coalition électorale pour les élections européennes, le Ruch Narodowy (Mouvement National), qui n’avait pas obtenu de siège au Parlement européen (1,4 % des voix). À titre de comparaison, le parti nationaliste et antisémite Jobbik obtient aux européennes de 2014 14,67 % des voix et trois députés.

18 De ce point de vue, il existe assez manifestement une zone grise où l’interpénétration entre ces espaces s’opère, par exemple en Pologne dans la nouvelle presse magazine de droite, comme le montre le contenu de titres comme Do Rzeczy ou W Sieci ou encore Najwyzszy Czas.

19 Ces affinités ne sont du reste pas une nouveauté, même si l’idée peut heurter l’observateur des pratiques des pouvoirs néo-autoritaires du début du xxie siècle ; pour Zeev Sternhell, elles remontent à Burke, à propos duquel il parle de « libéralisme “bloqué” » (STERNHELL, 2006).

20 Il est malaisé de rendre compte de travaux étudiant cette tendance de façon exhaustive, mais on peut par exemple se référer à l’essai de Tariq Ali, The Extreme Centre. A Warning, 2015.

21 Sur ces enjeux, lire également FRASER, 2005.

22 À la suite de l’ouvrage devenu classique de Ronald Inglehart : The Silent Revolution. Changing Values and Political Styles Among Western Publics, 1977.

23 Pour reprendre le mot de Luc Boltanski et Arnaud Esquerre, Vers l’extrême. Extension des domaines de la droite, 2014.

24 Lire à ce sujet HEURTAUX & PELLEN, 2009.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Frédéric Zalewski, « Introduction », Revue d'études comparatives Est-Ouest, 47-4 | 2016, 7-27.

Référence électronique

Frédéric Zalewski, « Introduction », Revue d'études comparatives Est-Ouest [En ligne], 47-4 | 2016, mis en ligne le 29 mars 2017, consulté le 25 avril 2017. URL : http://receo.revues.org/2923

Haut de page

Auteur

Frédéric Zalewski

Maître de conférences de science politique, membre de l’ISP 
(Institut des sciences sociales du politique, UMR CNRS 7220), 
Université Paris Ouest Nanterre
fzalewski@u-paris10.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© NecPlus

Haut de page
  • Logo NecPlus
  • Logo CERCEC
  • Logo CNRS - INSHS
  • Logo ISP
  • Logo CNL
  • Revues.org