Navigation – Plan du site
Revue des livres

Génération Maïdan. Vivre la crise ukrainienne, Ioulia Shukan

Amandine Regamey
p. 186-190
Référence(s) :

Ioulia Shukan, Génération Maïdan. Vivre la crise ukrainienne, Paris, éditions de l’Aube, 2016, 195 p.

Texte intégral

1Ioulia Shukan aime l’odeur du feu de bois, cette odeur qui flotte sur le Maïdan, la place centrale de Kiev, à l’automne 2013. Après la décision du président Ianoukovitch de mettre un terme au rapprochement avec l’Union européenne, des milliers de manifestants occupent le centre de Kiev : autour des feux, les manifestations citoyennes s’installent durablement dans l’espace public. Quelques mois plus tard, c’est une odeur des pneus brûlés qui domine : le mouvement a basculé dans la violence, on déplore 109 morts du côté des manifestants. Le 21 février 2014 le président Ianoukovitch fuit en Russie, le 16 mars, la Crimée (préalablement occupée par des troupes qui se révèleront russes) vote son rattachement à la Russie, et en avril 2014, l’Est de l’Ukraine bascule dans la guerre.

2Dans Génération Maïdan, Ioulia Shukan écrit la crise ukrainienne du côté et à côté de ceux qui ont vécu les manifestations, les violences, la guerre et ses conséquences. Tout en suivant le fil de la chronologie, de l’automne 2013 au printemps 2014, elle y dresse une série de portraits, se concentrant sur quelques acteurs, élargissant la perspective, resserrant à nouveau la focale à la faveur d’une nouvelle rencontre.

3Les portraits sont ceux de personnes rencontrées au hasard sur le Maïdan, tels Ioulia et Denis, activistes de « l’Automaidan » qui mettent leur voiture à disposition de la mobilisation, ou Olesya Zhoukovska, une infirmière qui fut blessée au cou et twitta en direct « je meurs ». Elle est de ceux que les événements ont rendus célèbres, à l’instar de Volodymyr Parasiouk qui lança publiquement un ultimatum au Président Ianoukovitch, rendant caduc le compromis signé avec les politiques. D’autres étaient déjà des acteurs engagés, comme la députée d’opposition Lesya Orobets, qui pendant des semaines vit hors de chez elle, sa vie réduite à un sac à dos, happée par des événements qui ne laissent intacts ni sa famille, ni sa santé.

4Cette sensibilité aux acteurs, doublée de l’attention portée à une chronologie fine, permet de redonner toute sa place à l’évènement. Alors que les longues semaines de protestation du Maïdan sont en quelque sorte rétrospectivement écrasées par leur fin tragique et victorieuse, Ioulia Shukan revient sur les moments vécus par les acteurs comme des moments clés : les brutalités policières du 30 novembre 2013 contre des manifestants dispersés soi-disant pour installer un sapin de Noël géant ; les premiers morts, le 22 janvier 2014, qui font comprendre que la police tire à balle réelle.

5Elle rappelle que les violences ne furent pas seulement ces affrontements armés spectaculaires du Maïdan : les manifestants subirent aussi une répression politique (le 16 janvier 2014, le Parlement vote un loi permettant de punir le port d’un casque ou d’une cagoule de 15 jours de détention), policière, judiciaire (Denis, de l’Automaïdan, est violemment battu avant de comparaître devant un tribunal). Certains manifestants sont obligés de fuir, des gardes s’organisent dans les hôpitaux pour empêcher qu’aient lieu de nouveaux enlèvements et des assassinats comme celui du chercheur Yuriï Verbytskiï.

6Elle montre aussi comment la violence s’articule avec le quotidien : réutilisation de casques de chantiers ou de jambières de hockey comme protection, fabrication par les femmes de litres de thé et de tartines… puis de cocktail molotov (qu’elles ne lanceront pas – « la guerre urbaine est une affaire d’homme »). Progressivement, « la participation directe ou indirecte à des actes de violence devient une nouvelle routine quotidienne », jusqu’au « bain de sang » du 20 février 2014.

7L’approche de Ioulia Shukan se révèle avec force dans le récit de cette matinée qui fit quarante-huit morts parmi les manifestants, et quatre parmi les forces de l’ordre. Si elle met l’épisode en perspective, rappelant les questions qui subsistent (qui a donné l’ordre aux policiers de tirer, les manifestants n’ont-ils pas fait usage de leurs armes ?), elle l’incarne surtout dans l’histoire des deux Andriï : l’oncle et le neveu, originaires d’une banlieue de Lviv, venus par « soif d’aventure », pour « sentir l’ambiance » puis pris au point de revenir sans cesse, malgré les tensions familiales. Dans la confusion qui règne sur le Maïdan, c’est par son père, joint par téléphone à des centaines de kilomètre, qu’Andriï apprend la mort de son oncle, tué d’une balle en plein cœur à quelques centaines de mètres de lui. Et c’est à côté du corps de son oncle que Ioulia Shukan le rencontre : si elle reste, comme dans tout le livre, très pudique sur ses propres émotions, elle rappelle également à quel point cette violence est aussi un choc pour le chercheur.

  • 1 Voir par exemple : « Orchestrating a Popular Protest Movement to Conduct a Revolution » in Paul D’A (...)

8Elle retrouvera Andriï plus tard à Lviv, et se rendra sur la tombe de son oncle. Empathie, signe de respect pour ses interlocuteurs, mais aussi preuve que les portraits ne sont jamais des croquis rapides. Ils ont été construits par de longs entretiens et des rencontres répétées, dans lesquelles Ioulia Shukan revient sur leur parcours, leur trajectoire professionnelle, géographique, familiale, et tente également de comprendre l’impact du Maïdan sur leur vie. Ces portraits sont ainsi autant d’éclairages sur une société ukrainienne que Ioulia Shukan connaît très bien, puisqu’elle y mène depuis des années des recherches sur les acteurs politiques et les formes de mobilisation1. Il y a donc derrière cette écriture un travail de sociologue parfaitement maitrisé, de même qu’une méthode d’analyse des mobilisations et des crises politiques.

9Il s’agit tout d’abord, pour comprendre cette « Révolution de la Dignité », de prendre au sérieux ce que disent les acteurs, de prendre au mot leurs revendications. Ainsi derrière l’apparente naïveté d’une vision de l’Europe où « il n’y a pas de corruption dans l’appareil d’État », où « les gens ordinaires sont traités en égaux » se dessine en filigrane un idéal politique. Celui d’un monde où « les responsables politiques ne s’en mettent pas plein les poches » – très loin de la luxueuse résidence abandonnée par le Président Ianoukovitch, avec son zoo, son golf, son garage plein de voitures de collection. On mesure ce que signifie la corruption au quotidien avec Yana et Sacha, ces deux juristes qui ne trouvent pas leur place dans un système où le salaire d’un assistant de justice est de 120 euros par mois et où un poste de juge se paie environ 150 000 dollars. À la volonté de pouvoir « travailler normalement », se mêle chez les manifestants la perception que les inégalités sont une « injustice absolue », et surtout l’exaspération d’être traité comme quantité négligeable par un régime qui ignore totalement les gouvernés : « Nous sommes au centre de l’Europe, au xxie siècle, [et] des messieurs âgés de 50 ans doivent revêtir une tenue de camouflage pour prouver armes à la main qu’ils ont droit à une vie décente ».

10Ioulia Shukan décèle aussi, derrière la formidable solidarité du Maïdan, les lignes de fracture d’une société divisée. Elle va voir du côté des Berkout, les forces de maintien de l’ordre, et mesure la distance qui sépare les manifestants de ces policiers qui essuient des jets de projectiles et de cocktails Molotov. Elle consacre aussi un chapitre à deux frères, ses propres cousins, Denis et Artiom, originaires d’une ville du centre-ouest de l’Ukraine. Si le premier s’engage pour le Maïdan, le second, tourné vers la Russie, y est violemment hostile ; accusé de préparation d’un attentat, il est emprisonné et échangé quelques mois plus tard contre des séparatistes du Donbass. Deux frères élevés de la même manière, avec les mêmes valeurs, se retrouvant des deux côtés des barricades : dans cette histoire comme dans tous les parcours personnels étudiés, l’auteure reconnaît qu’il reste une part d’inexplicable, une zone qui demeure inaccessible au chercheur.

11À ces lignes de fracture au sein de la société s’ajoutent, avec l’annexion de la Crimée et le début de la guerre dans la région de Donetsk et Louhansk, la question des déplacés internes : plus d’un million et demi, sur une population de 45 millions. Ioulia Shukan rencontre ces déplacés installés dans des logements temporaires, fait part de leur « quotidien bouleversé » et de l’impossible retour à une vie normale. C’est aussi l’occasion d’esquisser un tableau de la vie à l’Est de l’Ukraine, moins bien connue, et de la manière dont la révolution du Maïdan y a été vécue.

12La guerre, l’envoi de soldats au front, l’accueil des réfugiés ont eu un impact certain sur les formes de mobilisations. Alors qu’elles s’étaient faites à l’automne contre le régime, sans les hommes politiques d’opposition, les mobilisations citoyennes se retrouvent après la chute de Ianoukovitch confrontées à l’État et obligées de pallier ses carences. C’est justement à l’articulation entre les mobilisations citoyennes et l’État que sont consacrés les derniers chapitres du livre : l’association Station Kharkiv, qui dans la gare de Kharkiv accueille les réfugiés venus de l’Est de l’Ukraine ; les « sœurs de la miséricorde » au chevet des soldats dans l’hôpital militaire de Kharkiv. Particulièrement intéressante est le cas de « l’infiltration » des bénévoles au Ministère de la Défense, qui se donnent pour objectif d’assurer un approvisionnement correct de l’armée et d’éviter les détournements de fonds, allant jusqu’à utiliser un détecteur de mensonge pour trouver des collaborateurs honnêtes.

13Il est évident, au fil de la lecture du livre, que « le chercheur est relié à son sujet par mille fils invisibles », comme l’écrit Ivan Jablonka (L’histoire est une littérature contemporaine). Ioulia Shukan fait le choix d’assumer sa subjectivité, un choix justifié non seulement parce que « en dévoilant d’où il parle, le chercheur organise les conditions de sa propre critique » mais aussi parce que « quelles qu’elles soient, les valeurs font l’humanité du chercheur. Il est donc préférable de les mettre au jour ». Une « étape un peu inconfortable », remarque Ivan Jablonka – mais qui se traduit dans ce livre par une grande finesse de compréhension et d’analyse.

Haut de page

Notes

1 Voir par exemple : « Orchestrating a Popular Protest Movement to Conduct a Revolution » in Paul D’Anieri (ed.), Orange Revolution and Aftermath : Mobilization, Apathy and the State in Ukraine, Woodrow Wilson Press, John Hopkins University Press, 2010, p. 76-109 ; « Ordre et désordre à la Rada suprême de l’Ukraine : les figures de violence instrumentale dans une Chambre postsoviétique (2005-2010) », Genèses. Sciences sociales et Histoire, n° 83, juin 2011, p. 74-92.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Amandine Regamey, « Génération Maïdan. Vivre la crise ukrainienne, Ioulia Shukan », Revue d'études comparatives Est-Ouest, 47-4 | 2016, 186-190.

Référence électronique

Amandine Regamey, « Génération Maïdan. Vivre la crise ukrainienne, Ioulia Shukan », Revue d'études comparatives Est-Ouest [En ligne], 47-4 | 2016, mis en ligne le 15 décembre 2016, consulté le 26 avril 2017. URL : http://receo.revues.org/2979

Haut de page

Auteur

Amandine Regamey

Maîtresse de conférences à l’université Paris 1-Panthéon Sorbonne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© NecPlus

Haut de page
  • Logo NecPlus
  • Logo CERCEC
  • Logo CNRS - INSHS
  • Logo ISP
  • Logo CNL
  • Revues.org