Navigation – Plan du site
Revue des livres

L’impossible nation lettone. Étude des lieux d’une natio-genèse post-soviétique, André Filler

Elena Filippova
p. 345-349
Référence(s) :

André Filler, L’impossible nation lettone. Étude des lieux d’une natio-genèse post-soviétique, Presses universitaires de Strasbourg, 252 p.

Texte intégral

1L’ouvrage d’André Filler propose « une analyse d’un cas de construction nationale dans le contexte spécifique de la transition post-soviétique » (p. 5), en l’occurrence le cas de la Lettonie. Pourtant, ce processus est envisagé plutôt comme une série de ruptures que comme une transition, au sens de remplacement d’un ordre préexistant (économique, politique, social et idéologique) par un ordre nouveau. L’auteur identifie cinq types de ruptures, à savoir : politique (la partocratie soviétique vs une démocratie représentative multipartite), économique (l’économie planifiée vs l’économie de marché), spatiale (l’acquisition d’une souveraineté territoriale et la délimitation de nouvelles frontières rompant le lien avec l’ancien espace commun), idéologique (l’abandon de la doxa bolchevique au profit d’un libéralisme national-démocratique, avec une forte composante ethnique), identitaire (la fin du projet de construction d’un peuple soviétique mettant à l’ordre du jour une nouvelle définition de l’identité nationale) (p. 23-25).

2Cette dernière rupture, ainsi que la quête d’une nouvelle identité lettone, se trouvent au cœur du récit, dont le cadre temporel est circonscrit par le début officiel de la perestroïka (1985) et par le dernier recensement de population en date en Lettonie (2011). Le cadre théorique est en partie défini par des références aux travaux préexistants (A. Smith, R. Brubaker, D. Colas ou M. Hroch entre autres), cependant l’auteur propose quelques définitions propres. Ainsi, il définit le nationalisme comme « toute tentative d’asseoir la suprématie d’une seule et unique identité nationale, d’en proclamer la nature légitime et d’en assurer le caractère exclusif, dans l’ensemble des lieux de natio-genèse » (p. 35). C’est sur ces lieux de natio-genèse, alias lieux identitaires, tels des cadres dans lesquels se décline la nation – à savoir, territoire, citoyenneté, langue, mémoire et formation des élites – que le récit se focalise, avec pour but « d’identifier les enjeux et les limites de la natio-genèse lettone » (p. 38) et de comprendre les raisons de « la faillite de l’entreprise… de fédérer l’ensemble de la population autour d’un projet d’État-nation » (p. 7).

3L’intérêt tout particulier du cas letton, exemplaire, aux yeux de l’auteur, pour le nationalisme contemporain, réside non seulement dans la cohabitation, dans le même État, de deux communautés (62 % de Lettons, 38 % de population russophone – p. 26), « ne partageant pas le même patrimoine culturel, historique ou linguistique » (p. 71), mais aussi et surtout dans la coexistence en son sein de deux projets identitaires concurrentiels sinon opposés. Un « nationalisme nationalisant » de la population « titulaire », mu par le ressentiment et par le désir de reconquête, doit faire face à un « nationalisme de foyer national extérieur » de la « minorité impériale » russophone, qui d’ailleurs refuse d’endosser le statut minoritaire et nourrit, à son tour, son propre ressentiment. Ce clivage intercommunautaire se donne à voir à travers tous les lieux identitaires identifiés, ressurgit à chaque occasion d’une prise de décision (ou de position) politique.

  • 1 BONNARD Pascal (2013), Le gouvernement de l’ethnicité en Europe post-soviétique. Minorités et pouvo (...)

4Or, une lecture binaire « ethnicisante » de la société lettone est éminemment simplificatrice, ce que A. Filler constate à plusieurs occasions. Citons par exemple les premières tentatives, au xixe siècle, de construire une identité lettone ayant vocation à dépasser des identifications sociales, locales ou confessionnelles et à transformer un statut social (paysans) en une Volk (p. 55-57) ; les tendances opposées du nationalisme conservateur des ruraux et de l’internationalisme marxiste de la jeunesse citadine, au moment trouble des révolutions du début du xxe siècle (p. 59-62) ; la composition ethnique hétérogène des victimes, mais aussi des bourreaux, de la Terreur – ce qui comptait, c’était avant tout la position sociale (p. 75-76) ; et, finalement, la confrontation emblématique entre le Front populaire et l’Interfront à la veille de l’indépendance, quand les représentants des « minorités » ont été nombreux à soutenir « la cause lettone », jusqu’au vote positif au référendum (p. 88-90). On peut s’étonner, notons-le au passage, qu’aucune référence ne soit faite à l’ouvrage récent de Pascal Bonnard, dédié spécialement à la question de l’ethnicité en Lettonie1.

5Le rôle au moins ambigu de « l’ethnicité » dans le développement de la société lettone se manifeste dans la production des élites, un processus qui fonctionne, là aussi, sur un mode de ruptures. Comme le montre A. Filler, « chaque vague successive n’émanait pas de la précédente, mais naissait de la résistance à celle-ci » (p. 100). Reflétant une alternance d’occupations et d’administrations extérieures du territoire, s’y succèdent une noblesse germano-balte et des lettrés d’origine et d’expression allemande ; une jeune bourgeoisie lettone (les « petits enfants du peuple ») de la première indépendance ; une nomenklatura communiste composée largement des « descendants des activistes de la guerre civile restés en Russie après la révolution » (p. 101), dont les fameux tirailleurs lettons, ayant servi de « fer de lance de la soviétisation de la Lettonie » (p.102), tout en développant en son sein le national-communisme ; enfin, des intellectuels issus des sphères académiques et universitaires réunis sous les drapeaux du Front populaire, destructeurs du régime soviétique en Lettonie, acteurs principaux de la deuxième indépendance et « pépinière des élites lettones » (p. 104). A. Filler trace le lien entre le national-communisme de l’ancienne nomenklatura, le discours postcolonial (plutôt que postcommuniste) adopté après l’indépendance et certains choix politiques, allant dans le sens de la réification des communautés ethnolinguistiques en présence et « compromettant fatalement un projet commun de construction nationale » (p. 144).

6Cette tendance est renforcée par l’influence patente de deux acteurs externes : une diaspora lettone implantée en Occident et le gouvernement russe, qui tend à instrumentaliser sa diaspora en Lettonie, en soulevant la question de la discrimination des minorités devant les instances internationales.

7Les premiers contacts avec la diaspora lettone, rendus possibles par l’entr’ouverture des frontières dès les années 1970, ont contribué, écrit A. Filler, à « l’éveil indépendantiste de 1985 », par la « construction du narratif académique sur les questions identitaires avec une approche souvent bien différente des chercheurs lettons » (p. 86-87). Parmi ces questions, celle des deux occupations soviétiques (1940-1941 et 1946-1991) fut cruciale. S’appuyant sur ce concept, « rapidement devenu un dogme » (p. 205), ­établissant une continuité avec la première Independance lettone et faisant de la période soviétique une parenthèse, cette même diaspora porte à l’existence le projet de restitutio in integrum (p. 133-134) qui permit d’écarter l’option d’octroyer la citoyenneté à l’ensemble des résidents permanents au moment de l’indépendance.

8C’est ainsi que le bicommunautarisme de l’État letton a pris la forme d’une démocratie ethnique (A. Filler mobilise ici le concept forgé par J. Linz, A. Stepan et S. Smooha), fondée sur une séparation de deux corps, consacrée par la loi de citoyenneté, et sur une exclusion de l’un d’eux de la gouvernance, devenue la base idéologique du régime politique qui puise sa légitimité dans le vote ethnique. Dans l’idée de maintenir cet ordre établi dès l’acquisition de l’indépendance, le système parlementaire letton s’est construit sur un principe que l’auteur qualifie de multipartisme polyonymique, qui consiste à élaborer « une offre pléthorique de groupements politiques » aux orientations et programmes semblables, afin de « préserver le caractère exclusif du corps (en l’occurrence, ethnique) dominant » tout en créant « l’illusion du débat démocratique » (p. 104). S’appuyant sur l’analyse de dix-huit coalitions parlementaires successives ainsi que sur la liste prolifique des partis politiques, A. Filler conclut qu’en réalité le spectre de vraies forces politiques se limite à « la droite national-radicale, [au] centre-droit national et [à] la gauche pro-russe » (p. 107) ; qu’aucun gouvernement depuis 1991 n’a comporté de partis représentant les intérêts des russophones, et que sur 234 ministres recensés durant la même période « deux seulement étaient de nationalité [ethnique, N.D.A.] russe dont un membre du parti national-radical letton » (p. 95).

9Les effets de cette stratégie d’exclusion, fondée sur ce que l’auteur appelle la présomption de déloyauté de l’ensemble de la communauté russophone, sont néfastes. Elle divise la société lettone « non plus selon une quelconque affinité idéologique ou affiliation politique, mais selon le droit légal d’appartenir au corps de la nation » (p. 143). A. Filler démontre, chiffres à l’appui, que la rivalité entre les deux camps « se situe de plus en plus dans le champ de fantasme, où l’Autre incarne fatalement, à tort ou à raison, le danger existentiel » (p. 148). Tandis que le nombre de non-citoyens diminue (290 660 personnes en 2011 contre 700 000 en 1991) et continuera de le faire, compte tenu de l’âge avancé de cette catégorie, le problème des non-citoyens occupe toujours une place importante dans le discours et génère de nouvelles initiatives politiques. De même, bien que la maîtrise du letton par les minorités ait considérablement augmenté, et que l’implantation du russe « reste extrêmement solide », la question linguistique demeure un enjeu politique de premier ordre (en témoigne le référendum de 2012, soldé par un échec, sur le statut de la langue russe). L’auteur en conclut que « l’opposition… conjoncturelle dans les années 1980-1990, due à l’incompétence linguistique des russophones et à leurs craintes de subir l’exclusion, s’est mutée en une opposition structurelle, où le danger serait, au contraire, une perspective d’acculturation, et donc d’inclusion contre leur gré dans un ensemble identitaire étranger » (p. 167). Il met en garde contre l’usage abusif de la notion d’identité, surtout contre son imbrication avec celle d’intégration (comme c’est le cas dans le programme officiel « Principes essentiels de l’identité nationale, de la société civile et de la politique d’intégration (2012-2018) »), susceptibles de créer « des poches de déloyauté, dangereuses in fine pour le projet national » (p. 229).

Haut de page

Notes

1 BONNARD Pascal (2013), Le gouvernement de l’ethnicité en Europe post-soviétique. Minorités et pouvoir en Lettonie, Paris : Dalloz. Lire notre compte rendu dans la Revue d’études comparatives Est-Ouest, volume 45, n° 2, juin 2014. p. 260-267. URL : https://receo.revues.org/1641.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Elena Filippova, « L’impossible nation lettone. Étude des lieux d’une natio-genèse post-soviétique, André Filler », Revue d'études comparatives Est-Ouest, 48-1/2 | 2017, 345-349.

Référence électronique

Elena Filippova, « L’impossible nation lettone. Étude des lieux d’une natio-genèse post-soviétique, André Filler », Revue d'études comparatives Est-Ouest [En ligne], 48-1/2 | 2017, mis en ligne le 15 juin 2017, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://receo.revues.org/3129

Haut de page

Auteur

Elena Filippova

Directrice de recherches, Institut d’ethnologie et d’anthropologie de l’Académie des sciences de Russie

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© NecPlus

Haut de page
  • Logo NecPlus
  • Logo CERCEC
  • Logo CNRS - INSHS
  • Logo ISP
  • Logo CNL
  • Revues.org