Navigation – Plan du site
Dossier : Mondes ruraux et marchés dans l’Europe postcommuniste

Mondes ruraux et marchés dans l’Europe postcommuniste

Rural areas and markets in postcommunist Europe
Caroline Dufy et Ronan Hervouet
p. 9-20

Texte intégral

1Il y a vingt-cinq ans, les politiques de transition marquaient l’entrée du monde rural de l’Europe postcommuniste dans le système du marché, en abolissant la propriété collective de la terre et les formes sociales qui en étaient l’expression. Ces politiques ont entraîné dans les campagnes une variété de situations bien documentée par les sciences sociales qui se sont intéressées aux réformes entreprises et à leurs effets économiques et sociaux. En France, plusieurs numéros de revues académiques ont ainsi été tout particulièrement consacrés à ces questions : « Décollectivisations agraires en Europe centrale et orientale » (Revue d’études comparatives Est-Ouest, 1995), « Paysan au-delà du mur », (Études rurales, 1995), « De la décollectivisation au développement local en Europe centrale et orientale » (Revue d’études comparatives Est-Ouest, 2008), « Restructurations agricoles au Sud et à l’Est » (Autrepart, 2008), « Vingt ans de transitions agricoles et rurales à l’Est. Quels enseignements ? » (Économie rurale, 2011). L’hétérogénéité des campagnes mise en exergue par ces travaux invite à parler de « mondes ruraux », afin de « rendre compte de la diversité d’espaces sociaux et spatiaux sans se risquer […] à les unifier » (Mischi & Renahy, 2008, p. 16). Dans cette région comme ailleurs, la ruralité ne se limite pas à l’agriculture, qui conserve un rôle central dans l’économie de ces territoires : elle implique aussi que ce secteur ne soit pas le seul à pourvoir aux emplois et revenus des habitants des campagnes (Maurel & Lacquement, 2007). Aujourd’hui, la population rurale continue de représenter entre le quart et la moitié de la population des pays de l’Europe postcommuniste (Banque mondiale, données 2015).

2Depuis quelques années, les processus de changement à l’œuvre dans les mondes ruraux sont caractérisés par de nouvelles dynamiques qui viennent bouleverser les analyses relatives aux processus de transition, en suscitant des questionnements inédits. L’européanisation des territoires en Europe centrale et orientale (Lepesant, 2011), l’extension de la libéralisation du commerce international – marquée par l’adhésion de la Russie à l’OMC en 2012 –, l’industrialisation et la capitalisation des structures productives agricoles, dont témoigne notamment le développement des agro-holdings en Russie (Grouiez, 2012), en Roumanie et en Ukraine, se traduisent par des modalités hétérogènes de modernisation des espaces ruraux à l’Est de l’Europe (Guibert & Jean, 2011). La géographie de la ruralité est redessinée et diverses configurations d’intégration des territoires dans la mondialisation émergent. Ainsi, depuis 2000, à la surprise des grands opérateurs internationaux de marchandises agricoles, la Russie et l’Ukraine ont placé régulièrement sur le marché mondial plusieurs millions de tonnes de céréales (Hervé, 2011, p. 190 ; Liubimtseva, Dronin & Kirilenko, 2015). Ces évolutions s’accompagnent de nouveaux questionnements sur la légitimité du modèle libéral et sur sa capacité à fournir les conditions à la fois d’un développement économique et social effectif des zones rurales et d’une production agricole durable (Hervé, 2007 ; Bernard de Raymond & Goulet, 2014 ; Visser, Spoor & Mamonova, 2014).

3Ces transformations ouvrent une incertitude sur les modèles à adopter, déploient de nouveaux jeux d’acteurs et redessinent les frontières traditionnelles établies entre marché et autoconsommation, agriculture domestique et agriculture productiviste, économie formelle et informelle et leurs formes d’imbrications. Ce volume se propose de porter un regard sur ces évolutions des mondes ruraux à l’Est de l’Europe, à l’heure où sociologie du marché et études rurales s’enrichissent mutuellement (Hervieu & Purseigle, 2013). L’ambition de ce numéro spécial est analytique. Elle est autant de questionner la nature du marché appréhendée par la théorie sociologique (Le Velly, 2012), en la confrontant à des terrains empiriques en constante transformation, que d’interroger la cohérence et la spécificité de ces terrains traversés par des dynamiques complexes et plurielles.

4Les articles portent sur l’espace de l’Europe postcommuniste, des marges orientales de l’Union européenne jusqu’aux régions occidentales de l’ex-URSS. Quatre pays sont étudiés : la Biélorussie, la Russie, l’Ukraine et la Roumanie. Ils offrent en effet des voies typiques de sortie du communisme. Dans le cas de la Roumanie, on assiste à une décollectivisation rapide et à une reconversion du monde rural selon les normes de l’Union européenne. En Russie et en Ukraine, ce monde subit dans les années 1990 une libéralisation des structures économiques et foncières, bouleversant en profondeur les logiques sociales qui avaient émergé progressivement au cours des décennies soviétiques. Dans les années 2000, ces deux pays adoptent toutefois des voies différentes. Le régime de Poutine met l’accent sur le retour d’un État fort et d’une « verticale du pouvoir » pour réguler les mécanismes de l’économie de marché tandis que l’Ukraine, touchée par une instabilité politique et géopolitique, est confrontée au désengagement de l’État. En Biélorussie, après quelques années d’hésitation, les autorités opèrent une révolution conservatrice en 1996 et reviennent au modèle soviétique des kolkhozes et des sovkhozes, tout en subissant les contraintes économiques de la nouvelle donne géopolitique. Les transformations des espaces ruraux dans ces quatre pays sont saisies à travers plusieurs échelles et prismes disciplinaires. Les contributions de ce volume, animées par le souci de considérer aussi bien les structures productives agricoles que les formes de représentation et de médiation politique et sociale, ou encore les valeurs qui irriguent les sociétés rurales, conjuguent plusieurs approches disciplinaires : la science politique, le droit et la sociologie. L’analyse des référentiels juridiques et politiques du gouvernement des campagnes à l’Est de l’Europe – qui font parfois l’objet d’une réflexion politique spécifique à la ruralité de la part du pouvoir politique, comme en Russie ou en Biélorussie – se voit ainsi éclairée par l’appréhension des pratiques et des discours des acteurs.

  • 1 Ce travail collectif a en partie été financé par le Conseil régional d’Aquitaine et le Centre Émile (...)

5Les publications proposées dans ce volume ont été discutées lors d’un colloque organisé à l’université de Bordeaux en février 20161. Elles montrent comment dans les années 2000, de nouvelles formes de discours sur le monde rural émergent, marquées par la construction de nouveaux référentiels de politiques publiques, mais qui nourrissent aussi les représentations locales sur les transformations accomplies dans les campagnes.

6De nombreux observateurs notent que la réforme agraire a conduit avant tout à une forte différenciation des territoires et des destinées collectives (Ioffe, Nefedova & Zaslavsky, 2006 ; Lacquement, Maurel & Raynal, 2011 ; Wegren, 2011 ; Nefedova, 2013). D’autres auteurs pointent les fortes continuités et points communs dans le devenir des campagnes, en dépit de la mise en œuvre de modèles divergents de réformes économiques selon les pays (Yefimov, 2003 ; Allina-Pisano, 2007). De fait, ni les héritages systémiques et institutionnels comparables, ni les types de réformes appliquées dans les années 1990 ne peuvent à eux seuls expliquer des évolutions si différenciées à l’Est de l’Europe. La conclusion majeure qui apparaît à la lecture de ce volume est que la diversité des configurations naît de la recomposition des réponses locales face aux politiques nationales et de l’appropriation sur le terrain des changements de règles et de cadres institutionnels par les acteurs. Ce constat renvoie directement aux travaux de Béatrice von Hirschhausen, qui propose la notion de « contexte géographique » pour rendre compte à la fois de « l’ensemble des propriétés d’un lieu et des lieux environnants où se formule une solution productive » et du « prisme réceptif des acteurs du changement » (Hirschhausen, 1997, p. 141). Ce sont précisément ces rationalités indigènes (Dufy & Weber, 2007) que ce volume se propose d’éclairer.

7Quatre lignes de force émergent ainsi de l’analyse des terrains menés et donnent sens aux bouleversements à l’œuvre dans les mondes ruraux à l’Est de l’Europe : les effets du marché, l’exercice de la propriété, le rapport à l’État et la valeur morale attribuée aux échanges. Elles traversent les articles présentés dans ce dossier. Le principe marchand affecte ces espaces à travers deux processus congruents : aux effets propres des politiques de transition sont venues s’ajouter les transformations issues de la globalisation, qui remodèle diversement les espaces productifs. Par ailleurs, l’introduction du marché a produit en réalité des formes différenciées d’existence de l’État et d’encadrement social et politique des mondes ruraux. La privatisation des terres, fer de lance du programme de transition était supposée favoriser l’avènement d’un capitalisme prospère bénéficiant à tous. Vingt-cinq ans après le lancement de ces réformes, il apparaît que la défaillance du cadre institutionnel et la faiblesse de la représentation sociale empêchent le plein exercice du droit de propriété. Enfin, le modèle marchand a suscité des valeurs morales variables dans l’Europe post-communiste. Parfois honni, parfois désiré comme principe d’émancipation, il produit sur le terrain des formes diverses de discours de justification et de pratiques d’appropriation.

Des systèmes de production remodelés par la globalisation

8Garant dans la théorie économique libérale tout à la fois de la liberté, de l’efficacité et de la rationalité, le modèle du marché a pu être controversé dans son application à la terre, au travail et à ses produits (Polanyi, 1983 [1944]). Accusée de dissoudre les communautés par la généralisation du calcul froid et rationnel qu’elle impliquerait, l’introduction du marché a suscité bien des préventions dans le monde rural traditionnellement présenté comme gagné aux principes de solidarité locale. Les débats longs et polémiques autour des lois de privatisation de la terre en Russie étudiées par Olessia Kirtchik (« L’histoire parlementaire de la propriété privée des terres agricoles en Russie : la politisation d’une question sensible »), ou l’encadrement très rigide du droit de propriété biélorusse analysé par Hugo Flavier (« La propriété foncière en Biélorussie. Entre hybridation et ambiguïtés juridiques ») montrent que la transition vers l’économie de marché a fait l’objet de construction de contre-modèles idéologiques forts et d’une politisation élaborée.

9Pourtant, lorsqu’elle est considérée dans des enquêtes de terrain, l’introduction du marché prend des figures extrêmement variées et produit une forte diversification des systèmes de production. Il s’agit tout autant de l’entrée dans le marché européen pour les petits paysans roumains étudiée par Antoine Roger (« Ajuster la représentation professionnelle aux politiques économiques. L’invention de la “petite agriculture capitaliste” en Roumanie »), que de la promotion de l’intégration internationale des agro-holdings céréalières russes analysées par Svetlana Barsukova et Caroline Dufy (« La sécurité alimentaire et le marché. Représentations des acteurs du monde agricole dans la Russie des années 1990-2010 »), ou de la libéralisation du travail de collecte des fruits dans les exploitations marchandes ukrainiennes sur lesquelles travaillent des petits producteurs vivriers décrite par Pierre Deffontaines (« Transformations du marché du travail agricole : segmentation du système de production et inégalités de genre dans les espaces ruraux ukrainiens »).

10Dans chacun de ces exemples, l’introduction du marché n’implique pas l’adaptation immédiate de la règle, de l’État ou du lien social au seul principe d’efficacité, comme le clament les contempteurs du modèle marchand. En effet, dans le cadre de médiations politiques et institutionnelles, des groupes sociaux s’appuient sur ce principe, dans une perspective d’instrumentalisation, en reformulant des discours de justification qui qualifient les uns et disqualifient les autres. Au cours de ces processus, les jeux d’acteurs sont déterminants dans la constitution des coalitions qui catalysent le changement (Svetlana Barsukova & Caroline Dufy ; Antoine Roger). La progression des relations marchandes dans la sphère du travail et de la production s’appuie même sur des liens d’interconnaissance anciens et semble préférable à l’inactivité (Pierre Deffontaines).

Un rapport à l’État différent selon les systèmes politiques

11L’introduction du modèle marchand suppose en soi un discours sur le rapport à l’État. La sortie du système communiste n’a pas toujours conduit à une réduction du rôle de la puissance publique. Pour autant, les analyses produites dans les articles de ce volume montrent que ce rapport à l’État s’incarne différemment en fonction des systèmes politiques considérés.

12Le gouvernement des campagnes évolue entre deux configurations extrêmes. La première prend la forme d’un paternalisme interventionniste, à l’instar du modèle biélorusse d’emprise sur le monde social et économique, qualifié de « socialisme de marché » (Ronan Hervouet, Alexandre Kurilo & Ioulia Shukan : « Socialisme de marché et gouvernement des campagnes en Biélorussie »). L’autre se manifeste par une déprise totale de l’État, où la guerre, l’idéologie du retrait de l’État et la patrimonialisation de l’État se conjuguent, dans le cas ukrainien (Pierre Deffontaines). Le résultat est que les discours sur l’absence d’État régulateur et protecteur, se combinent sur le terrain avec la construction d’instruments de contrôle local, tels que les statistiques sur le marché du travail. La Russie connaît quant à elle des hésitations sur le modèle à suivre (Olessia Kirtchik) et articule l’adoption des règles du marché et la promotion d’un État fort dans des configurations discursives hétérogènes (Svetlana Barsukova & Caroline Dufy). Le cas roumain illustre enfin l’importance des processus d’européanisation dans la définition de l’agriculture légitime aux yeux des autorités (Antoine Roger). Le rôle important de la régulation locale explique donc pour beaucoup la diversité des trajectoires et des situations non seulement entre pays de l’ex-bloc de l’Est, mais aussi au sein même de ces territoires et régions. Il implique pour le chercheur de faire varier les terrains et les échelles d’analyse.

L’État face à la mise en place de la propriété : des conditions sociales à ne pas négliger

13La littérature a insisté sur la signification profonde de la privatisation des terres agricoles : processus structurant, autant pour la redistribution des richesses que pour la mobilité sociale et l’efficacité économique (Maurel, 1994 ; Wegren, 2009). Ces changements juridiques impliquent également une modification profonde des représentations, des valeurs sociales et des pratiques sociales d’exploitation (Lamarche & Maurel, 1995).

14Or dans les pays de l’Est, la politisation des débats a tendu à faire de la propriété privée individuelle une condition nécessaire et suffisante à l’émergence du marché (Hann, 2003). Elle a rendu invisible l’espace de création d’une propriété privée collective, comme le montre la discussion à la Douma sur l’adoption de la loi sur la privatisation des terres en Russie (Olessia Kirtchik). Par ailleurs, les travaux publiés portent davantage sur les techniques juridiques de privatisation que sur les conditions effectives de mise en œuvre de ces droits. La jouissance des droits de propriété implique un contexte institutionnel spécifique : un espace public, une comptabilité transparente, la confiance dans le droit et dans la capacité des institutions à faire respecter la règle. Le cas roumain montre que, dans un pays où le morcellement de la propriété terrienne était la règle avant la collectivisation des campagnes, les mécanismes juridiques à l’œuvre dans la constitution d’un régime cohérent de propriété privée de la terre sont complexes. Au-delà, Oana Macovei (« Insécurité juridique et propriété foncière dans l’Europe postcommuniste. L’exemple de la Roumanie ») pose la question suivante : quel principe doit présider à la privatisation ? Est-ce celui de la restitution des terres à leurs anciens propriétaires, celui d’une redistribution sociale ou encore celui de la réparation pour les dommages subis pendant la période socialiste ? La question de la propriété reste donc moins neutre socialement et politiquement qu’elle n’y paraît au premier abord.

Une thématique transversale : l’ambivalence de l’image du marché et des registres moraux qu’il suscite 

15Le monde rural est parfois considéré comme le dernier bastion de la résistance à la marchandisation (Wegren, 2009), ou comme un monde délaissé par les pouvoirs publics et appréhendé exclusivement à travers le prisme de la pauvreté, de la précarisation et de la marginalité (Spoor, 2010). Ainsi, dans un environnement de pénurie et de dépossession, les pratiques individuelles et collectives des paysans et agriculteurs deviennent contraintes et sont cantonnées au statut de stratégies de lutte contre la pauvreté et la précarité. Les auteurs de ce volume cherchent à ne pas minorer le principe d’émancipation que peut constituer le marché par rapport aux hiérarchies, aux traditions, aux solidarités communautaires contraignantes (Fontaine, 2014). Ils font apparaître les rapports ambivalents au marché observés dans les campagnes de l’Est de l’Europe, qui se traduisent par des formes de distanciation et de critique vis-à-vis du capitalisme et de ses valeurs tout en manifestant des modalités d’appropriation et de valorisation de certaines formes d’échanges marchands. L’introduction du marché est donc indissociable de la construction de nouvelles formes de subjectivités, qui tantôt mettent en avant l’attrait de la propriété et du marché comme forme d’émancipation et d’autonomisation (Mainguy, 2016), tantôt l’associent au rejet de la globalisation anonyme, du retrait des services publics et du désengagement de l’État (Hugo Flavier).

16Le discours des années 1990 sur la transition, promu par le Fonds monétaire international, la Banque mondiale ou encore la Commission européenne, promettait un modèle profitable pour tous (Stan, 2005), mais des régimes discursifs alternatifs sont apparus. Ainsi, en Russie, ils mettent l’accent sur la défense de la souveraineté nationale et de la sécurité alimentaire (Svetlana Barsukova & Caroline Dufy). Ces décalages par rapport aux promesses de l’économie de marché sont sources de nouvelles formes de légitimation et, par conséquent, de nouvelles orientations à venir. Ces réflexions invitent à considérer davantage des processus de recomposition des espaces territoriaux où identité, autorité et territoire sont reconfigurés (Sassen, 2009) qu’une disparition des mondes ruraux dans la marchandisation. Le défi qui se présente désormais au monde rural est celui de la reconquête d’une identité attractive, visible et valorisée.

Haut de page

Bibliographie

ALLINA-PISANO Jessica (2007), The Post-Soviet Potemkin Village. Politics and Property Rights in the Black Earth, Cambridge : Cambridge University Press.

Banque mondiale, données 2015 ; http://donnees.banquemondiale.org/indicateur/SP.RUR.TOTL.ZS

BERNARD DE RAYMOND Antoine & GOULET Frédéric (2014), Introduction « Les transformations de l’agriculture intensive », in A. Bernard de Raymond & F. Goulet (dir.), Sociologie des grandes cultures, Versailles : Editions Quæ, p. 5-22.

DUFY Caroline & WEBER Florence (2007), L’ethnographie économique, Paris : La Découverte.

FONTAINE Laurence (2014), Le marché. Histoire et usages d’une conquête sociale, Paris : Gallimard.

GROUIEZ Pascal (2012), « Des kolkhozes à l’agrobusiness en Russie », Études rurales, n° 190, p. 49-62.

GUIBERT Martine et JEAN Yves, dir. (2011), Dynamique des espaces ruraux dans le monde, Paris : Armand Colin.

HANN Chris (2003), The Postsocialist Agrarian Question. Property Relations and the Rural Condition, Berlin/Münster : LIT Verlag.

HERVÉ Jean-Jacques (2007), L’agriculture russe, du kolkhoze à l’hypermarché, Paris : L’Harmattan.

HERVÉ Jean-Jacques (2011), « Russie, Ukraine : entre mutations agricoles et stabilité rurale », 
in M. Guibert & Y. Jean (dir.), Dynamique des espaces ruraux dans le monde, Paris : Armand Colin, p. 182-200.

HERVIEU Bertrand & PURSEIGLE François (2013), Sociologie des mondes agricoles, Paris : Armand Colin.

HIRSCHHAUSEN Béatrice von (1997), Les nouvelles campagnes roumaines. Paradoxes d’un « retour » paysan, Paris : Belin.

IOFFE Grigory, NEFEDOVA Tatyana & ZASLAVSKY Ilya (2006), The End of Peasantry? The Disintegration of Rural Russia, Pittsburgh : University of Pittsburgh Press.

LAMARCHE Hugues & MAUREL Marie-Claude (1995), « Transitions agraires en Europe centrale », Études rurales, n° 138-140, p. 117-131.

LACQUEMENT Guillaume, MAUREL Marie-Claude & RAYNAL Jean-Claude (2011), « Trajectoires d’une ruralité recomposée en Europe centrale », Économie rurale, n° 325-326, p. 39-53.

LEPESANT Gilles (2011), Géographie économique de l’Europe centrale. Recomposition et européanisation des territoires, Paris : Presses de Sciences Po.

LE VELLY Ronan (2012), Sociologie du marché, Paris : La Découverte.

LIOUBIMTSEVA Elena, DRONIN Nicolaï & KIRILENKO Andrei (2015), « Grain production trends in the Russian Federation, Ukraine and Kazakhstan in the context of climate change and international trade », in A. Elbehri (dir.), Climate change and food systems: global assessments and implications for food security and trade, Rome : Food Agriculture Organization, p. 212-237.

MAINGUY Glenn (2016), L’économie du quotidien. Une étude de la précarité à travers l’exemple des pratiques agricoles domestiques dans le monde rural russe, thèse pour le doctorat de sociologie, université de Bordeaux.

MAUREL Marie-Claude (1994), La transition post-collectiviste. Mutations agraires en Europe Centrale, L’Harmattan : Paris.

MAUREL Marie-Claude & LACQUEMENT Guillaume, dir. (2007), Agriculture et ruralité en Europe centrale, Montreuil : Aux lieux d’être / CEFRES.

MISCHI Julian et REHANY Nicolas (2008), « Pour une sociologie politique des mondes ruraux », Politix, n° 83, p. 9-21.

NEFEDOVA Tatyana (2013), Desjat’ aktual’nyx Voprosov o Sel’skoj Rossii, otvety geografa [Dix questions d’actualité dans la Russie rurale, les réponses du géographe], Moscou : Leland.

POLANYI Karl (1983 [1944]), La grande transformation : aux origines politiques et économiques de notre temps, Paris : Gallimard.

SASSEN Saskia (2009 [2007]), La globalisation. Une sociologie, Paris : Gallimard.

SPOOR Max, dir. (2010), The Political Economy of Rural Livelihoods in Transition Economies. Land, peasants and rural poverty in transition, Londres, Routledge.

STAN Sabina (2005), L’agriculture roumaine en mutation. La construction sociale du marché, Paris : CNRS éditions.

VISSER Oane, SPOOR Max & MAMONOVA Natalia (2014), « Is Russia the emerging global “breadbasket” ? Re-cultivation, agroholdings and grain production », Europe-Asia Studies, vol. 66, n° 10, p. 1589-1610.

WEGREN Stephen (2009), Land Reform in Russia, Institutional Design and Behavorial Processes, New Haven et Londres : Yale University Press.

WEGREN Stephen (2011), « The Development of agrarian Capitalism in Post-Soviet Russia », The Journal of Agrarian Change, vol. 11, n° 2, p. 138-163.

YEFIMOV Vladimir (2003), Économie institutionnelle des transformations agraires en Russie, Paris : L’Harmattan.

Haut de page

Notes

1 Ce travail collectif a en partie été financé par le Conseil régional d’Aquitaine et le Centre Émile Durkheim (UMR 5116), entre 2012 et 2016, dans le cadre d’une recherche dirigée par Ronan Hervouet et intitulée : « La production et l’expression des sentiments moraux dans un contexte de changement social radical. L’analyse des expériences rurales dans trois pays postcommunistes (Russie, Biélorussie, Roumanie) ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Caroline Dufy et Ronan Hervouet, « Mondes ruraux et marchés dans l’Europe postcommuniste », Revue d'études comparatives Est-Ouest, 48-1/2 | 2017, 9-20.

Référence électronique

Caroline Dufy et Ronan Hervouet, « Mondes ruraux et marchés dans l’Europe postcommuniste », Revue d'études comparatives Est-Ouest [En ligne], 48-1/2 | 2017, mis en ligne le 15 juin 2017, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://receo.revues.org/3143

Haut de page

Auteurs

Caroline Dufy

Sciences Po Bordeaux, Centre Émile Durkheim, c.dufy@sciencespobordeaux.fr

Articles du même auteur

Ronan Hervouet

Université de Bordeaux, Centre Émile Durkheim, ronan.hervouet@u-bordeaux.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© NecPlus

Haut de page
  • Logo NecPlus
  • Logo CERCEC
  • Logo CNRS - INSHS
  • Logo ISP
  • Logo CNL
  • Revues.org